Un plan d’investissement à long terme

Depuis l’éclatement de la crise économique et financière mondiale, l’Union européenne souffre d’un faible niveau d’investissement. Le Groupe PPE a été à l’origine du «plan Juncker» (Fonds européen pour les investissements stratégiques, ou EFSI) visant à mobiliser les investissements privés en Europe de façon à inverser cette tendance. Lancé en 2015, ce plan a permis de créer plus de 300 000 emplois au cours de ses deux premières années. De 2015 à 2018, il a contribué à mobiliser près de 200 milliards d’euros d’investissements dans l’économie, dont une grande partie pour venir directement en aide aux PME. Lancé trois ans plus tard, son successeur (EFSI 2.0) prévoit de mobiliser 500 milliards d’euros d’investissements d’ici à 2020.

Nous estimons que le programme devrait se poursuivre au-delà de 2020, même si l’EFSI ne peut à lui seul combler le déficit d’investissement en Europe. Pour stimuler l’économie européenne, nous continuerons à œuvrer à l’élimination des obstacles au marché intérieur, à l’amélioration de l’environnement des investissements et des entreprises et au développement de l’Union économique et monétaire.

Une économie stable et durable

La réponse du Groupe PPE à la crise de l’euro, qui combine des politiques économiques durables, une discipline budgétaire et des règles plus strictes pour les banques, s’est avérée efficace. Nous ne sous-estimons pas les efforts que les citoyens ont dû déployer en ces temps difficiles. C’est pourquoi nous défendons toutes les politiques visant à maintenir la stabilité de l’euro, car elle seule stimulera les investissements propices à la création d’emplois et aura une incidence sur le quotidien des citoyens.

Maintenant que nos économies se redressent, nous devons tirer les leçons du passé. Nous devons mettre en œuvre des politiques et des réformes économiques durables qui rapprochent les niveaux de vie de tous les Européens et reposent sur l’application des principes de l’économie sociale de marché, l’achèvement du marché unique, la mise en œuvre de projets axés sur l’innovation et la réalisation des priorités d’un commerce équitable.

La zone euro doit disposer des capacités d’absorption suffisantes pour faire face aux futurs chocs externes et être en mesure de prévenir toute nouvelle crise économique. La réforme du secteur bancaire est tout aussi importante pour éviter que la crise de 2008 ne se reproduise. Une telle réforme est nécessaire pour sécuriser l’épargne des citoyens et éviter que l’argent des contribuables ne serve à renflouer les banques en faillite. Nous voulons que les banques agissent de manière responsable et nous voulons achever la construction de l’union bancaire afin de solidifier les banques et de renforcer leur réglementation et leur surveillance. Pour y parvenir, les banques doivent réduire le montant des crédits à risques dans leurs portefeuilles. En parallèle, nous devons respecter les caractéristiques intrinsèques des banques européennes. Nous avons également besoin de règles claires pour restructurer ou, le cas échéant, fermer les banques qui présentent un risque sérieux pour la stabilité de l’ensemble du système.


Related content

Ce que nous défendons

Economy, jobs & environment working group image

Justice et affaires intérieures

Legal & home affairs working group image

Économie, travail et environnement

Budget, agriculture and regional funding working group image

Budget, agriculture et fonds régionaux

Foreign affairs working group image

Affaires étrangères

TOP