Le Parlement européen rejette la reconnaissance inconditionnelle de la Palestine

Ce contenu est également disponible en

Le Groupe PPE se félicite du soutien apporté par le Parlement européen, dans une résolution, à la reconnaissance de l'État Palestinien et à une solution à deux États à condition que celles-ci aillent de pair avec la poursuite des négociations de paix. "Par ce vote, le Parlement européen a clairement rejeté une reconnaissance inconditionnelle de la Palestine qui serait séparée des négociations de paix" a expliqué Elmar Brok, le co-négociateur de cette résolution pour le Groupe PPE et président de la commission des Affaires étrangères au Parlement européen.

"Comme la majorité du Parlement européen, Le Groupe PPE estime que des négociations doivent avoir lieu au plus vite pour à la fois garantir la sécurité d'Israël, et rendre possible un État Palestinien démocratique et viable sur la base des frontières définies en 1967 et dans le respect du droit international. Les deux parties doivent s'abstenir de toutes actions qui risqueraient de mettre en danger cet objectif. Sur la base de la déclaration de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), Le Parlement européen a exigé, à juste titre, que toutes les factions palestiniennes, y compris le Hamas, reconnaissent l'État d'Israël. Le Groupe PPE soutient la position critique du Parlement européen à l'encontre de la politique de colonisation israélienne" a déclaré Elmar Brok.

Le Groupe PPE salue également le fait que la résolution rejette toute forme de violence et de terrorisme de la part de toutes les parties, et qu'elle mette en garde contre une éventuelle dimension religieuse du conflit. Pour les députés du Groupe PPE, c'est par des moyens pacifiques et non-violents que la seule solution durable au conflit israélo-palestinien sera atteinte.

"Nous sommes extrêmement préoccupés par la tension accrue et la multiplication des violences dans la région et appelons toutes les parties à s'abstenir de toute action qui aurait pour effet de faire empirer la situation. La résolution adoptée aujourd'hui ne demande pas la reconnaissance inconditionnelle de la Palestine. Au contraire, le texte insiste sur la nécessité de poursuivre et de faire avancer les négociations de paix. À terme, la seule véritable reconnaissance de la Palestine comme État sera le résultat des négociations entre les parties, dans le cadre d'un processus de paix global, qui traitera de toutes les questions en suspens" a expliqué le co-négociateur de la Résolution pour le Groupe PPE, et porte-parole du Groupe sur les affaires étrangères, Cristian Preda.

(Traduit de l'anglais)

Ce que nous défendons

Affaires étrangères

NOS POSITIONS SUR NOS ACTIONS